Top

Histoire

Collection Autoworld

Bâtiment

Léopold II (1835-1909) avait très à coeur le développement urbanistique de la Belgique. Il raffolait des larges avenues, des parcs et des monuments. Il voulait faire de Bruxelles une ville non seulement belle et prestigieuse, mais aussi une ville vivable, capable de rivaliser avec les autres grandes villes d’Europe.

En 1880, on fête le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la Belgique, le prétexte idéal pour organiser une Exposition Nationale. A peine un an avant l’Exposition, l’architecte Gédéon Bordiau, à la demande de Léopold II, trace les grandes lignes de la création d’un parc monumental sur un terrain d’entrainement abandonné qui est alors encore en dehors de la ville: le plateau de Linthout, s’étalant sur 12 ha.

Pour cette Exposition, l’architecte Bordiau dessina deux bâtiments reliés entre eux par des colonnades semicirculaires et un Arc de Triomphe construit dans le prolongement de la Rue de la Loi et du projet d’avenue menant à Tervuren.

Bien entendu, la construction ne fut pas achevée à temps pour l’Exposition: les colonnades et l’Arc de Triomphe étaient encore faits de bois et de plâtre. Après les festivités, le terrain n’avait pas encore d’affectation définitive, mais on continua pourtant à construire. Le parc fut agrandi suite à des expropriations et à des achats, jusqu’à sa surface actuelle de 30 ha, et reçut un nom qui est toujours le sien aujourd’hui: le Parc du Cinquantenaire.

Museum

Avec l’Exposition Universelle de 1888 en point de mire, l’architecte Bordiau construisit derrière les colonnades un grand hall de verre et d’acier. Avec ses 48 mètres de travée, la structure du toit avait pour l’époque une taille phénoménale. Au jour de l’ouverture de l’Exposition, l’Arc de Triomphe était encore et toujours loin d’être achevé. C’est pourquoi on érigea sur ses fondations un monument provisoire de bois et de plâtre. Et en 1897, une nouvelle Exposition Universelle fut organisée sur le site.

A la demande du Roi, le grand hall fut divisé en deux parties symétriques. Grâce à cela, on dégagea une vaste esplanade donnant une vue imprenable sur l’Arc de Triomphe et en direction de Tervuren. Les façades avant et arrière des halls furent entièrement réalisées en verre, soutenues par des structures métalliques. Ces halls étaient les cartes de visite de deux industries belges qui rayonnaient à l’époque: l’acier et le verre. Aujourd’hui, ces halls sont toujours bien là. L’un abrite le Musée de l’Air, l’autre accueille Autoworld depuis 1986.

En 1905, on construisit enfin l’Arc de Triomphe définitif. Son dessin est signé par l’architecte Girault, nommé assistant de Bordiau par le Roi. Bien que cet Arc fût monumental, il avait d’abord été recalé par la Commission des Monuments, au prétexte qu’il était… trop petit.

En 1910, on construisit deux murs supplémentaires, qui relient les halls aux colonnades et c’est cela qui finalisa et donna toute sa splendeur à la structure monumentale de l’esplanade.

A partir de 1902, on organisa chaque année au Parc du Cinquantenaire le Salon de l’Automobile et du Cycle. Une initiative de la “Chambre Syndicale des Constructeurs d’Automobiles et de Cycles”, l’ancêtre de l’actuelle FEBIAC.


Le hall qui abrite aujourd’hui Autoworld connut au fil des ans diverses affectations. Durant la Première Guerre Mondiale, il était utilisé comme garage par l’Armée allemande. A partir de 1920, on y installe le Mundaneum. Le Mundaneum trouve ses origines a la fin du 19ème siècle. Les fondateurs étaient deux juristes belges : Paul Otlet et Henri La Fontaine.

Le Mundaneum fut la base qui permit de créer diverses normes internationales dédiées au savoir et à son partage, évolua au cours du 20ème pour devenir un centre universel de documentation.

Museum

Apres la Seconde Guerre Mondiale, le hall connut à nouveau des affectations très variées : économat du Ministère des Affaires Economiques, lieu de stockage du matériel sportif de l’ADEPS et même lieu de repos pour les pigeons participants à des concours. Peu à peu, le bâtiment dépérissait, jusqu’à ce qu’il soit choisi en 1984 pour recevoir la Collection Mahy.

Powered by creaxial   -   Politique sur la vie privée